jeudi 26 mai 2011

Les Knockers – Angleterre


Cornouailles


  • La description :
Les mines étaient une source importante pour l’économie des Cornouailles aux 18ème et 19ème siècles et il existe beaucoup de folklore dans les régions minières. Les esprits miniers des Cornouailles portent le nom de Knockers – Frappeurs ou Cogneurs en français – et sont réputés pour hanter les mines.

Selon le folklore des Cornouailles, les Knockers avaient l’apparence de petites créatures très minces aux nez crochus qui travaillaient pour leur compte dans la mine. Ils logeaient dans les parties les plus sombres de celle-ci et on les entendait souvent taper et travailler leur propre parois de cette dernière – le bruit étant souvent amplifier par la résonnance qui pouvait exister dans un endroit fermé comme celui-ci.

 Un knocker - copyright

Comme toutes les créatures féériques, ils devaient être traités avec respect. Ainsi, les sifflements, le fait de les espionner et faire des signes de croix pouvaient les offenser. Pour les apaiser, il suffisait de leur laisser des offrandes de nourriture ou de suif dans les parties les plus reculées de la mine. Si ces offrandes étaient négligées, cela pouvaient causer des répercussions comme de la mauvaise chance. Des tours étaient joués aux mineurs qui ne les respectaient pas et ils valaient mieux qu’ils ne se retrouvent pas seuls dans les endroits dangereux de la mine.

L’origine des Knockers est controversée. Certains pensent qu’ils étaient les fantômes des Juifs qui travaillaient dans la mine en pénitence. D’autres pensent qu’il s’agissait des esprits des personnes qui ne pouvaient pas accéder au Paradis ou à l’Enfer. Il s’agit aussi d’un terme générique qui décrit de manière plus large une manifestation féérique. D’autres Knockers hantent d’ailleurs d’autres endroits comme les sources et cela peut laisser penser qu’il s’agit en fait d’une catégorie de créature féérique.

Les croyances sur les Knockers se sont peut à peut éteintes avec le déclin des activités minières.



  • L’histoire de Tom Trevorrow :

Dans la ville de St Just-In-Penwith, près de Land’s End, se trouve l’une des plus vieille mine des Cornouailles. Elle porte le nom de Ballowal. Si l’on remonte une centaine d’années en arrière, tous les habitants de St Just auraient évoqué le caractère hanté de cet endroit sauvage et isolé. Pas seulement des Knockers mais aussi des Spriggans, tout deux chargés de garder les portes de la mine de Ballowal mais aussi ses richesses minérales ainsi que les outils des anciens mineurs laissés sur place il y a bien longtemps. L’un d’entre eux portait le nom de Tom Trevorrow, il était venu de la ville de Trencrom avec son fils dans le but de trouver du travail à la mine de Ballowal.

Depuis le début, Tom était conscient de la présence des Knockers car il les entendait faire du bruit au fin fond de la mine – bruits qui devenaient de plus en plus proches. Les Knockers pouvaient le voir travailler et les bruits incessants commençaient vraiment à l’irriter et un jour il perdit son calme.

« Sortez ! » leur cria t-il en jetant une poignée de cailloux dans l’obscurité en direction du bruit qu’il entendait. A ce moment là une pluie de cailloux lui tomba dessus ce qui l’effraya vraiment. Mais comme Tom était professionnel, il s’épousseta les épaules et reprit tout de même son travail. Au bout d’un moment il s’arrêta et s’assit par terre pour déjeuner. Tout était calme mais quand il s’apprêta à manger son dernier morceau il entendit « Tom Trevorrow ! Tom Trevorrow ! Laisse une partie de ton déjeuner pour Bucca ou la malchance va s’abattre sur toi ! ». Mais Tom n’écouta pas et mangea son dernier morceau. Sa bougie avait presque finie de bruler et il se sentait très fatigué. Il avait travaillé dur pendant toute la semaine sans s’arrêter, ses paupières commencèrent à se fermer toute seule puis il finit par s’endormir.

Quand il se réveilla, l’endroit de la mine où il se trouvait était sombre et silencieux. Devant lui se trouvait des douzaines de Knockers qui se reposaient. Quand il commença à bouger, leurs têtes ignobles se tournèrent toutes en même temps vers lui. Comme il avait vraiment très peur alors il décida d’allumer une deuxième bougie ce qui les fit disparaitre progressivement ca et là.

Plus tard quand il raconta son histoire à ses camarades de mine, tout le monde se moqua de lui et chacun reprit son travail sans s’inquiéter de ce qu’il venait d’entendre. Tom repartit alors à son labeur et alors qu’il levait la tête pour voir où il en été, il se rendit compte qu’une des poutres qui supportait le niveau où ils travaillaient tous était sur le point de s’effondrer. Le mineur alerta son fils avec qui il travaillait, et le problème fut résolu rapidement.

Ils décidèrent ensuite de remonter un peu de l’étain qu’ils avaient récolté à la surface. Pour cela il devait d’abord réparer un treuil. C’est à ce moment là que les ennuis commencèrent vraiment : alors que Tom réparait quelque chose de son coté il remarqua que les Knockers travaillaient de plus en plus prés de l’endroit où il était. Puis, soudainement, le sol commença à bouger sous ses pieds et la poutre qu’il venait de réparer ainsi qu’un éboulement de roche lui tombèrent dessus. Heureusement, son fils réussit à  sauver son père in extremis et quand Tom reprit ses esprits, il se rendit compte que tout le minerai qu’ils avaient récolté ces dernières semaines ainsi que tous leurs outils avaient disparu à cause de l’éboulement.

La malchance de Tom continua pendant des années, même quand il décida de quitter la mine et de devenir fermier. Finalement c’est sa femme qui arrêta sa malchance en allant voir une bonne sorcière qui s’occupa de briser le sort jeté sur Tom par les Knockers.

2 commentaires:

  1. Félicitations pour votre site soigné et fort explicite. Je suis très heureux de l'avoir découvert - Enseignant à la retraite je fais une étude sur SCHOENECK la première mine de houille de Lorraine. J'évoque les esprit frappeurs d'autrefois. Me serait-il possible d'utiliser votre illustration du KNOCKER pour illustrer les esprits qui hantaient autrefois les mines ? Mon seul but est éducatif et non commercial. Cordialement de Lorraine
    R.E

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre gentil commentaire!
    Pas de problème pour l'illustration!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...