lundi 12 novembre 2012

La prophétie du débordement de la Tamise – Angleterre



Londres 

La ville de Londres n'a jamais vraiment manqué de diseurs de bonne aventure, devins, prophètes et autre astrologues. Ces derniers ont toujours été là – a travers les siècles – prêts a prédire les futures catastrophes qui tomberont sur la tête des villageois. Le fait est que le 16ème et le 17ème siècle furent des époques où les gens étaient particulièrement crédules. Cela était peut-être du au développement de l'imprimerie qui donnait aux prophètes le loisir d'illustrer leur propos. De plus les périodes de grand stress pour la population comme les guerres civiles, la Grande Peste et le Grand Incendie de Londres étaient des catalyseurs pour ce genre d'activités.

Un exemple récent de Charles Mackay dans son livre Extraordinary Popular Delusions (1841) semble cependant démontrer qu'aucun élément extérieur n'est nécessaire à cette crédulité. Il explique en effet qu'en 1524, il existait une grande foi dans ces prédictions. La ville grouillait de diseurs de bonne-aventure et d'astrologues qui avaient raison de proposer leurs services puisque tous les jours, des gens de toutes les classes sociales se payaient leurs services.

Ainsi, en Juin 1523, la plupart d'entre eux furent prévenus que le premier jour du mois de Février 1524, les eaux de la Tamise atteindraient une hauteur telle que toute la ville de Londres serait inondée noyant ainsi plusieurs milliers de maisons. On ne sait si c'est parce que cette prophétie rencontra implicitement un grand succès mais elle fut réitérée mois après mois jusqu'à un point où de nombreuses familles – la peur au ventre – firent leurs bagages et allèrent se réfugier dans le Kent et dans l'Essex. Plus la date approchait, plus le nombre de Londoniens fuyant la ville augmentait.


En Janvier, l'ont pu voir une masse de travailleurs suivit par leurs femmes et leurs enfants marchant d'un pas lourd vers les villages des environs afin d'éviter la catastrophe. Les gens des classes supérieures voyagèrent eux, dans des wagons et autres véhicules. Au milieu du mois de Janvier, au moins 20 000 personnes avaient quitté la ville. Ils avaient tout emporté et laissé seulement les murs de leurs maisons en proie aux grandes eaux. La plupart des riches se rendirent dans leurs demeures sur les hauteurs d'Highgate, Hampstead et Blackheath ; d'autres érigèrent des tentes dans le Nord vers Waltham Abbey. Bolton, le prieur de St Bartolomey fut si alarmé qu'il fut érigé – en échange d'une somme énorme – un genre de forteresse a Harrow-on-the-Hill où il se réfugia avec deux mois de provisions. Le 24 Janvier – une semaine avant la supposée catastrophe – il s'y retrancha accompagné des membres de son prieuré et de tout les gens de maison. Un grand nombre de bateaux furent amenés à la forteresse par wagon dans l'hypothèse où l'inondation monterait aussi haut que Harrow. De nombreux gens fortunés proposèrent de le payer pour partager sa forteresse mais le prieur – n'admit que ses amis proches ainsi que ceux qui amenèrent assez de nourriture pour tenir le blocus.

Le Jour J la Tamise refusa bien évidemment de coopérer. Le niveau d'eau ne monta pas plus haut que d'habitude puis redescendit normalement mettant ainsi à mal les prophéties de plus d'une vingtaine d'astrologues. Alors que la soirée arrivait, les villageois blêmir à l'idée de s'être autant fait avoir. Le lendemain, la question se posa même de savoir si il ne serait pas préférable de plonger les usurpateurs dans la Tamise mais heureusement pour eux ils trouvèrent un moyen efficace de calmer la fougue de la population. Ils assurèrent que par erreur, ils avaient daté cette horrible catastrophe un siècle trop tôt. Les astres avaient toujours raison après tout – contrairement aux humains. L'actuelle génération de cockney était sauve puisque Londres ne devait pas être engloutie par les eaux avant 1624. Quand Bolton apprit la nouvelle il démantela sa forteresse et tous les émigrants revinrent à Londres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...