jeudi 8 juillet 2010

La légende de la mariée du cimetière – Irlande


Cette légende est reliée avec le cimetière d’Errigal dans le Comté de Monaghan, et aurait surement disparue comme beaucoup d’autres légendes si elle n’avait pas été retranscrite dans une ballade portant le nom de « The Churchyard Bride » (la mariée du cimetière).

The bride she bound her golden hair
Killeevy, O Killeevy!
And her step was light as the breezy air
When it bends the morning flowers so fair,
By the bonnie green woods of Killeevy.

And oh, but her eyes they danc’d so bright,
Killeevy, O Killeevy!
And she longed for the dawn of to-morrow’s light,
Her bridal vows of love to plight,
By the bonnie green woods of Killeevy.

Il y a une centaine d’années, les gens du voisinage pensaient que le cimetière d’Errigal était hanté par un esprit amoureux qui pouvait apparaitre sous la forme des jeunes gens dont les proches parents étaient enterrés dans le cimetière. Son apparition était tout le temps un présage de mort pour ceux qui avait le malheur de le croiser son chemin. Quand des funérailles avaient lieu, l’esprit accostait la dernière personne à quitter les lieux et exerçait sur elle une attirance inexplicable. Si cette personne était un jeune homme, l’esprit prenait la forme d’une jolie jeune fille qui lui faisait promettre de se retrouver au même endroit, le même jour du mois suivant. A l’inverse, si la dernière personne à se trouver dans le cimetière était une femme, l’esprit prenait la forme d’un beau jeune homme lui demandant la même promesse.

Cette promesse était toujours sellée par un baisé par lequel le poison mortel était transmis. Puis les amoureux se séparaient et une fois sortit du cimetière, la victime se rendait compte de ce qui lui était arrivé et pouvait abandonner tout espoir de vie. La mort emportait systématiquement toutes les personnes qui avaient été pris au piège dans le cimetière.

La ballade sur cette histoire à été écrit par un auteur nommée Carleton et ce dernier raconte qu’un jour, on lui a montré la tombe d’un jeune homme âgé de dix-huit ans dont on disait qu’il avait été victime de cet esprit. Il avait attrapé de la fièvre, mourut et fut enterré le jour où il était censé retrouvé l’esprit c'est-à-dire exactement un mois après la première rencontre. Le prêtre local aurait essayé de l’exorcisé pour sortir la victime des griffes de l’esprit mais il aurait évidemment échoué.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...