vendredi 13 août 2010

La légende du Maire Lynch – Irlande


Galway

Au milieu du 17ème siècle, le gardien et le vicaire de l’église collégiale de St Nicholas de Galway gardaient un vieux livre dans lequel était enregistré des événements importants de l’histoire de la ville. En 1674, un prêtre espagnol du nom de Fr. De Ayora arriva à Galway  pour faire une enquête et retrouver l’ascendance d’un ecclésiastique qui avait été attitré à un poste distingué en Espagne. On lui montra le vieux livre de St Nicholas dans lequel il pu extraire certaines informations relatives à la famille Lynch – dont l’une est à propos de l’histoire du Maire Lynch et de son fils.

A la fin du 15ème siècle, l’un des maires de Galway – James Lynch – envoya son fils en voyage en Espagne dans le but de récupérer un chargement de vin. Le jeune Lynch fut alors nommé capitaine de l’un des bateaux de son père et se vit confier une grosse somme d’argent pour procéder à l’échange. On ne sait pour quelles raisons mais une partie de la somme disparue et Lynch fut forcé de se servir dans les réserves de son père afin de pouvoir récupérer la marchandise et combler le manque d’argent qu’il y avait. Sur le retour de Galway, le marchand espagnol avec qui il faisait affaire envoya son neveu avec le jeune Lynch afin de récupérer l’argent.

Durant le voyage pour rentrer en Irlande, Lynch était très embarrassé à l’idée de penser que son père serait bientôt au courant de l’histoire. Il commença alors à comploter un plan pour assassiner le jeune espagnol. C’est ainsi qu’une nuit – alors qu’ils étaient à mi chemin – le pauvre espagnol fut tiré de son lit et jeté par-dessus bord. Le reste de l’équipage arriva tranquillement à Galway, accueillit par le Maire Lynch très content de revoir son fils et de voir qu’il avait mené à bien sa mission.

Puis les jours passèrent et le jeune Lynch se dit qu’il n’avait plus rien à craindre dans le cas où son crime serait découvert et avait même planifié de se marier. Malheureusement pour lui, l’un des marins qui était avec lui sur le bateau et qui était dans la confidence, était mourant. Il demanda à voir le Maire Lynch sur son lit de mort. Surement pour libérer sa conscience, il avoua tout ce qui s’était passé sur le bateau ce jour là ce qui ne laissa pas le maire indifférent. Ce dernier convoqua son fils pour avoir sa version des faits, il n’essaya même pas de se défendre et avoua tout. C’était maintenant à son père de rendre la justice pour ce crime car il agissait aussi en tant que magistrat : il condamna son propre fils à mort. Malgré les efforts de certains pour le faire revenir sur sa décision, il ne changea pas d’avis et décréta une exécution publique.

Le matin du jour fatidique, le Maire, accompagné de son fils et des Baillis, ne purent atteindre l’endroit de l’exécution du fait d’une foule très importante qui bloquait le passage afin d’empêcher la pendaison. Malgré tous les essais, le passage était impossible. Le maire, qui tenait toujours son fils, entra alors dans sa propre maison qui était toute proche. Ils montèrent tous les deux à l’étage puis le Maire ouvrit une fenêtre qui donnait sur l’endroit où la foule s’était rassemblée, passa une corde autour du coup de son fils, fixa l’autre morceau de la corde et jeta le malheureux par la fenêtre afin que ce dernier soit pendu devant tout le monde.

 La maison des Lynch avec le mémorial - copyright

Au 19ème siècle un mémorial fut construit en l’honneur du jeune Lynch et certaines personnes pensent que le mot « lyncher » viendrait de cette histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...