samedi 5 novembre 2011

Remember Remember, the Fifth of Novembre – Angleterre

Londres

Traduction : Souviens toi, souviens toi, le 5 du mois de Novembre.


  • La comptine :

Remember remember the fifth of November
Gunpowder, treason and plot.
I see no reason why gunpowder, treason
Should ever be forgot…

Souviens-toi, souviens-toi, le 5 du mois de Novembre
Poudre à canon, trahison et complot.
Je ne vois pas de raison pourquoi poudre à canon, trahison
Serais à oublier…



  • L’origine de la comptine :


Après la mort d’Elizabeth 1er en 1603, les anglais catholiques qui avaient été persécutés sous son règne espéraient que sont successeur, Jean 1er, soit plus tolérant au sujet de la religion. Bien que la mère de ce dernier était elle-même catholique, Jean 1er continua la politique d’Elizabeth 1er ce qui poussa treize jeune hommes à répondre de façon assez violente.

Ainsi, un petit groupe se forma sous le commandement d’un certain Robert Catesby qui pensait que seule une action coercitive pouvait donner de bons résultats. Son plan était le suivant : faire exploser le Parlement dans le but de tuer le Roi,  le Prince de Galles et les membres du Parlement ayant pris les décisions qui s’imposaient aux catholiques. Pour arriver à leur fin, les conspirateurs se munirent de trente six tonneaux de poudre à canon et les stockèrent dans une cave juste en dessous de la Chambre des Lords.

Plus leur plan prenait forme, plus il devenait évident que de nombreux innocents seraient tués ou blessés à cause de leur attaque, incluant peut-être même des gens s’étant battus pour la même cause que la leur. Certains des comploteurs commencèrent à se raviser, un autre envoya un courrier à l’un de ses amis pour le prévenir de ne pas rester dans les environs du Parlement le 5 Novembre. Par chance la lettre atterrie entre les mains du Roi qui convoqua son armée afin de capturer les conspirateurs. 

L'illustration des conspirateurs par un inconnu - copyright National Portrait Gallery de Londres


Un peu plus sur les conspirateurs…

Robert Catesbyn fut le leader charismatique du groupe. Il arriva à embobiner un bon nombre de personnes pour le joindre dans sa cause. Les premiers à être recruté étaient de proches amis et des connaissances : Thomas Wintour, Jack Wright et Thomas Percy. Guy Flawkes arriva plus tard. Il ne faisait pas partie des proches de Catesbyn, mais il aurait combattu en Espagne et en Hollande en tant que mercenaire.

Guy ou Guido comme il se faisait appeler devint un membre à part entière du groupe et ses paroles avaient du poids. C’est lui qui fut chargé de la plus délicate des tâche : amener 36 tonneaux de poudre à canon et la stocker sous la Chambre des Lords.

Plus tard d’autres personnes rejoignirent le groupe de rebelles – ils étaient treize en tout.

Guy Flawkes, fut trouvé par les gardes alors qu’il surveillait la cave contenant les tonneaux de poudre à canon. Il fut tout de suite emprisonné puis jugé par le juge Popham qui venait spécialement de la petite ville de Hungerford pour l’occasion. Flawkes fut condamné à mort et la sentence choisie fut la plus horrible qu’il soit (par hung, drawn and quartered) afin de montrer l’exemple. Bon nombre de ses collègues furent attrapés avant d’être emprisonnés alors qu’ils essayaient de quitter la ville. Pratiquement tous subirent le même sort que Flawkes. De nombreuses confessions furent faites sous la torture, les comploteurs racontèrent tout ce qu’ils savaient en espérant avoir un peu de clémence lors de leurs jugements mais en vain.

Plus tard le Gouvernement utilisa la Conspiration des Poudres pour justifier la répression anticatholique.

Malgré tout cela, il est impossible de savoir si leur plan aurait fonctionné. Certains avancent que la poudre à canon était tellement vieille qu’elle n’aurait jamais pris feu.


  • Ce que le complot a laissé :
Dés l’année suivante, en 1606, le Roi et le Parlement prirent l’habitude de dire un sermon pour commémorer l’événement. Le premier sermon aurait été délivré par un certain Lancelot Andrewes. Le but de cette pratique était simple : rappeler les faits de la Conspiration des Poudres tous les ans à la même date de manière a ce que jamais un tel événement ne se reproduise.

Le mot anglais guy  signifiant personne ou homme aurait pour origine Guy Flawkes. En effet, bien qu’il soit toujours compliqué de savoir l’origine exacte des mots, celui-ci aurait commencé lors des feux allumés le 5 Novembre. Des hommes de paille étaient jetés dans les feux allumés ce jour là pour commémorer l’événement, hommes que l’on aurait appelé « a guy ». Encore aujourd’hui quand les enfants récoltent des fonds pour acheter des feux d’artifice ils demandent  a penny for the guy  soit un penny pour le guy.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...