lundi 2 avril 2012

Quelques histoires concernant le Skirrid Mountain Inn – Pays de Galles


Abergavenny


- Datant de 1110, Skirrid Inn est le pub le plus ancien du Pays de Galles. Il se trouve au pied du mont Skirrid – aussi appellée Montagne Sainte – qui, selon la légende, s'est brisée en deux au moment de la crucifixion durant une violente tempête.

- Dans la cours de l'auberge, la légende raconte que le prince gallois Owain Glyndŵr (1359 – 1416) à rallié ses troupes avant d'entamer la marche jusqu'à Pontrilas.

- En plus de servir d'auberge, la Skirrid Inn fut, dés sa création, un lieu de rassemblement public et de nombreuses cours de justice se tenaient en ses murs. Entre 1100 et 1485 se sont succédées : des cours féodales, des cours ecclésiastiques, mais aussi des cours d'assise. On pense que le premier étage aurait servit de théâtre à ces cours et qu'il y avait même une pièce ou le juge pouvait se retirer pour délibérer. A mi-chemin du superbe escalier se trouve la cellule où de nombreux prisonniers passèrent la nuit avant d'être jugés et condamnés à mort ou pas par le juge Jefferies aussi surnommé le "juge sanglant". Il y avait aussi bien des criminels que des bandits de grands chemins et des voleurs. La pendaison était effectuée depuis une poutre placée en travers du timon de l'escalier. Aujourd'hui au pied de l'escalier, on peut toujours voir la pierre sur laquelle les corps étaient déposés et les traces laissés par la corde sont toujours visibles. Selon les archives de l'époque qui sont plus ou moins fiables, 180 personnes auraient été pendues à Skirrid Inn entre le 12ème et le 17ème siècle. Les derniers hommes à avoir été jugés et condamnés étaient frères : James et John Crowther. Le premier fut condamné à neuf mois pour vol avec violence et John termina ses jours pendu à la poutre de la taverne pour avoir volé un mouton.


- Les croyances autour du Diable étaient très présentent à l'époque. A la nuit tombée, le propriétaire de l'auberge sortait une chopine d'une boisson appelé Devil's Brew et la plaçait sur l'étagère au dessus de la cheminée pour que le Diable puisse en boire une gorgée. Quand ses derniers clients s'en allaient, le tavernier laissait un pot de Pwcca (pour en savoir plus sur les sur les Pwcca ou Pooka, vous pouvez lire mon article ici) sue le pas de la porte de l'établissement, et ce, pour apaiser les mauvais esprits.

1 commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...