mardi 13 avril 2010

FAQ sur la sorcellerie en Ecosse - Partie I


(Traduction effectuée par mes soins. L’étude est très longue et sera donc publiée en plusieurs parties.)
-
Voici le résultat d’une étude effectuée pendant deux ans par l’Université d’Edimbourg, sur la sorcellerie en Ecosse (entre les années 1563 et 1763). Elle répond de façon très sérieuse aux questions les plus fréquemment posées sur le sujet. 
-
  • Combien y avait-il de sorcières en Ecosse ?

Nous avons identifié un total de 3837 individus qui furent accusés de sorcellerie en Ecosse. Il y en a 3212 qui sont répertoriés par leurs noms et il y a environ 625 personnes ou groupe dont nous ignorons le nom. Ce n’est pas une liste exhaustive mais nous pensons que c’est probablement très proche de la réalité. 

Certaines personnes qui ont fait des études sur le sujet expliquent qu’il y en aurait eu beaucoup plus comme 4500 ou 30 000. Ces chiffres reviennent souvent mais ils résultent plus de spéculations que de recherches approfondies. Ces chiffres sont souvent basés sur le nombre d’exécutions ce qui est encore plus trompeur. Il y a le même phénomène en Europe où l’on dit souvent que 9 millions de sorcières ont été exécutées alors qu’en fait les études sur le sujet ne relates que 60 000 individus. Ces exagérations sont fâcheuses. Nous pensons déjà que 3837 individus accusés de sorcellerie est un nombre très important.
-
  • A quel point la base de données est complète ?

Nous l’avons complété au maximum mais il reste des trous inévitables. Les chiffres donnés plus hauts sont probablement représentatifs de la majorité des cas mais il en manque certainement.

Il y a aussi le problème de savoir si toutes les informations ont survécu pour chaque cas. Pour la plupart d’entre eux, nous savons qu’il y avait un accusé de sorcellerie mais pas tellement plus. En particulier nous ne savons si ces sorcières ont été exécutées. Dans d’autres affaires nous savons qu’un procès fut demandé mais nous ne savons pas le résultat ou ni même s’il a effectivement eu lieu. Le nombre d’exécutés est certainement beaucoup plus élevé que le nombre que nous avons enregistrés.

A coté de cela, il y a des affaires très détaillées qui nous ont donné un grand nombre d’information. Ces informations concernent les occupations, les croyances et pratiques qui les ont fait accuser de sorcellerie et peuvent provenir des sorcières accusées elles même, de leurs familles et voisins. Très tôt les sociétés modernes pensaient que cela incluait des idées à propos de la religion et de supernaturel y mêlant le diable, les fées et autres esprits. Ont utilisait tout ça pour expliquer la malchance. Nous n’avons pas besoin de tous les éléments dans chaque affaire pour savoir tout cela, nous avons juste besoin de suffisamment de preuves pour être capable de se rendre compte de ce qui était caractéristique à l’époque.
-
  • Combien de sorcières ont été exécutées ?
C’est dur à dire mais certainement pas toutes. Sur les 3212 noms, nous connaissons la solution à seulement 305 procès : 205 furent exécutées, 52 acquittées, 27 bannies, 11 furent déclarées fugitives, 6 furent excommuniées, 2 furent prononcées hors la loi, une fut retenue en prison et une autre fut humiliée publiquement. S’ajoute à cela 98 qui ont fuit la persécution. Cela laisse supposer que les deux tiers furent exécutées.

Mais ces chiffres ne sont probablement pas le plus près de la réalité. Ils sont basés sur seulement 305 affaires – moins d’un dixième des 3212 personnes répertoriées. La question est de savoir si ces 305 cas sont caractéristiques du reste ou pas. Déjà, la plupart proviennent d’un système judiciaire central qui a surement acquitté beaucoup plus de sorcières que les Cours locales. Or la plupart des procès se déroulaient dans des Cours Locales. De plus, notre nombre de 3212 provient des recherches faites par les autorités religieuses. Surement que la plupart on reçut un procès criminel puis ont été exécutées, mais les autres cas ont surement été abandonnés avant même le début du procès.
-
  •  Combien y avait-il de femmes ?

Beaucoup mais pas tous : 84% était des femmes et 15% des hommes. Nous ne connaissons pas le sexe pour 1% des cas.
-
  • Quel était leur âge ?

Basé sur les âges des affaires dont nous disposons :
7% était des moins de 20 ans.
8% était entre 20 et 30 ans.
22% était entre 30 et 40 ans.
22% était entre 40 et 50 ans.
31% était entre 50 et 60 ans.
7% était entre 60 et 70 ans.
4% était au-delà de 70 ans.

Donc la moitié des accusés était au dessus de 40 ans à une époque ou l’espérance de vie était beaucoup moins importante qu’aujourd’hui. Mais l’âge de la majorité des accusés n’est pas connu.

Il faut aussi garder à l’esprit que la plupart des gens accusait leurs voisines de « sorcières » à la suite d’une querelle et donc certainement pour se venger. On pensait que les sorcières étaient malicieuses et rancunières. Si quelqu’un devenait malchanceux après une querelle, on en concluait que l’autre personne était une sorcière. Durant les procès, du fait des témoignages des voisins, les accusés gardaient leur réputation de pratiquer la sorcellerie pendant très longtemps – vingt voir quarante ans. Ces sorcières étaient vieilles quand elles étaient jugées mais elles étaient jeunes quand on les accusait pour la première fois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...