lundi 12 avril 2010

La legende de Ceridwen - Pays de Galles

 -

Il y a très très longtemps – à l’époque du Roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde –  un homme nommé Tegid Foel et sa femme Ceridwen vivaient dans la région de Gwynedd. Ils habitaient une jolie bâtisse faite de pierres et de marbre près du Llyn Tegid (le nom gallois pour du Lac Bala). Tegid était de noble descendance et la légende raconte même qu’il était mi-géant. Ceridwen quant à elle, était une enchanteresse.

Ensemble, ils eurent trois enfants : Ceirwy, Morfran et Afagddu.

Morfran était un garçon robuste, il officiera plus tard à la cour du Roi Arthur. Il y offrait ses conseils au gens du domaine afin qu’ils aient une vie plus plaisante. Quant à Ceirwy, il s’agissait d’une fille, à vrai dire la plus belle fille que le monde ait connue. Le troisième enfant, Afagddu, était un garçon, l’opposé parfait de sa sœur, le garçon le plus horrible que la terre ait portée.

Sa mère Ceridwen savait que pour avoir du succès dans la vie, il fallait être présentable et de ce fait s’inquiétait beaucoup pour son fils. Pour compenser son apparence, elle eut alors l’idée de lui faire don de la connaissance. Elle passa de longues années à chercher une potion qui pourrait l’aider. Elle décida d’en préparer une dans son chaudron. Le breuvage s’appelait Greal, était à base de toute sorte de plantes et était censée donner « l’Inspiration et la Connaissance ». 

Le problème fut que cette potion devait mijoter sans interruption pendant un an et un jour. Elle engagea alors un vieil homme aveugle nommé Morda pour qu’il garde le feu allumé sous le chaudron et kidnappa un jeune garçon nommé Gwion Bach afin qu’il mélange la mixture et qu’elle ne brûle pas. Elle-même avait pour tâche de réunir toutes les herbes nécessaires et autres ingrédients dont elle aurait besoin car chaque élément de la potion devait être mélangé à un moment précis – en fonction de l’alignement des astres.

Alors que Ceridwenn récitait des incantations afin de finir la potion, trois gouttes giclèrent sur la main de Gwion Bach. Comme elle était bouillante, il porta sa main à la bouche instinctivement pour calmer sa douleur. Le chaudron se renversa déversant tout le liquide dans la rivière et empoisonnant au passage les chevaux du Roi Gwyddno Garanhir.

Gwion Bach commença à avoir très peur car il savait que Ceridwen avait des pouvoirs très importants : il brisa ses chaines par la simple pensée et commença à courir pour rentrer chez lui. Quand Ceridwen se retourna et qu’elle se rendit compte que le travail de toute une année était réduit à néant, elle entra dans une énorme rage. Elle attrapa un morceau de bois et frappa très fort Morda sur la tête. Ce dernier protesta fermement. Il lui dit qu’il n’était pas responsable de ce désastre puis Ceridwen se rendit compte qu’il avait raison et c’est à ce moment précis qu’elle réalisa que Gwion Bach avait pris toute la connaissance à la place de son fils. Elle s’élança alors à sa poursuite.

Utilisant ses nouveaux pouvoirs, Gwion Bach se changea en lièvre pour aller plus vite mais l’enchanteresse se changea en lévrier afin d’aller encore plus vite. Puis Gwion sauta dans la rivière et se changea en truite mais Ceridwen se changea en loutre. Puis Gwion en oiseau et Ceridwen en aigle. Alors que Ceridwen était sur le point de le capturer, Gwion aperçu un tas de blé sur le sol d’une grange et se changea en grain de blé. L’enchanteresse n se transforma alors en poule et mangea jusqu’au dernier grain.

Après avoir fini, Ceridwen devint enceinte et neuf mois plus tard elle donna naissance à un petit garçon aux cheveux d’or. Elle s’avait qu’il s’agissait de Gwion Bach mais il était si mignon qu’elle n’avait pas le cœur ni l’envie de le tuer alors elle l’enveloppa dans un sac en cuir et le jeta à la mer.

Le prince Elffin qui passait par là aperçu le sac coincé dans un barrage à poissons, sur une plage entre la rivière Dyfi et Averystwyth. Il le repêcha et quand il l’ouvrit il découvrit le bébé aux cheveux et sourcils dorés. Il décida alors de l’appeler Taliesin (ce qui voudrait dire « sourcils d’or » et gallois) et l’adopta. Mais en plus d’être très beau, Taliesin avait reçu comme cadeau « l’Inspiration et la Connaissance » et deviendra par la suite le plus grand des bardes de Pays de Galles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...