mardi 20 avril 2010

FAQ sur la sorcellerie en Ecosse - Partie III

-
  • Quels genres de tortures ?
La plus commune était la privation de sommeil – un moyen très efficace d’obtenir des confessions car cela procure des hallucinations. Avant 1662 on ne considérait pas cela comme de la torture du tout. C’était une pratique régulière de la part des autorités locales afin d’obtenir une preuve avant d’aller devant le privy council dans le but d’obtenir une commission pour lancer un procès criminel.

Occasionnellement des tortures physiques étaient utilisées surtout pendant la panique de North Berwick en 1590-1591 durant laquelle les sorcières étaient accusées de trahison du Roi James VI. Le pamphlet Newes From Scotland de 1591 décrit ces tortures en détail. Mais elles étaient peu communes.

  • Et à propos du test par immersion ?
C’était peu pratiqué en Ecosse et beaucoup plus dans d’autres pays. On dit toujours que l’on détectait les sorcières en les plongeant dans l’eau. Si elles flottaient elles étaient coupables, si elles coulaient elles étaient innocentes mais se noyaient. En Ecosse ce procédé a été utilisé sur un nombre inconnu de suspect en 1597, mais semble avoir été discrédité et nous n’avons pas trouvé de preuve comme quoi il était encore utilisé.

  • Quelles preuves utilisait-on pour les procès ?
Quatre modes de preuves étaient utilisées :
- La confession, souvent obtenu sous la torture. Typiquement si un suspect était interrogé ont lui aurait demandé de confesser qu’il à fait un pacte avec le diable et qu’il fait du mal à ses voisins avec de la sorcellerie.
- Le témoignage des voisins. Les déclarations des voisins ne parlent pas du diable. Ils décrivent toujours des querelles avec le suspect suivit de la malchance dont ils ont été victime par la suite.
- Le témoignage des autres sorcières. Quand elles étaient interrogées on le faisait parfois sur leurs complices. Les gens qu’elles nommaient pouvaient être arrêtés et interrogés. C’était une bonne façon d’augmenter le nombre de suspects ; c’est arrivé surtout pendant les courtes périodes d’intense chasse aux sorcières.
- La marque du diable. On pensait que le diable marquait ses suivants au moment où ils faisaient un pacte avec lui, comme une parodie du baptême chrétien. On cherchait les marques sur le corps des suspects – n’importe quel défaut physiologique ou un endroit insensible. Ces derniers étaient découverts en les piquants avec une pointe, parfois par les interrogateurs eux-mêmes et parfois par un professionnel itinérant (il y en avait une dizaine de connu en Ecosse).

  • Le processus était il rapide entre l’accusation et l’exécution ?
Pas particulièrement. Le laps de temps entre l’accusation (ou dénonciation) et le procès (et la possible exécution) n’est pas fixe et peut beaucoup varier selon les cas. Certaines personnes ont gardé longtemps leur réputation avant que l’on commence des investigations à leur égard ou d’avoir des problèmes avec les autorités religieuses. Dans d’autres cas il y a pu y avoir des décennies d’investigation avant d’y avoir une date officielle pour les poursuites. Dans d’autres cas, la procédure a été très rapide. Il y avait aussi beaucoup d’acquittements et d’autre imprévus comme les évasions et la mort du suspect en prison qu’elle soit naturelle ou par suicide.

  • Comment les sorcières étaient-elles exécutées ?
Celles reconnues coupables étaient pratiquement toujours étranglées et leur cadavre était ensuite brulé. 141 des cas que nous avons spécifient la méthode d’exécution : 120 furent étranglées et brulées. Il y a 17 cas où il y a écrit qu’elles ont seulement été brulées mais dans la majorité des cas beaucoup ont été étranglée avant. Certaines ont pu avoir été brulées vivantes mais cela représente un nombre vraiment minime. 3 on été décapité, 1 pendues.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...