mercredi 19 mai 2010

Arthur's Seat - Ecosse

-
Edimbourg

Arthur's Seat  - copyright

La plupart des visiteurs d’Edimbourg ne se rendent pas compte qu’ils sont sur l’ombre d’un volcan. Mais heureusement pour eux, il n’y a plus rien à craindre car Arthur’s Seat est éteint depuis longtemps.

Aujourd’hui, ce n’est plus un danger pour les touristes mais plutôt un point de repère populaire dominant le ciel (car il fait environ 250 mètre !) entre Holyrood Park et la fin du Royal Mile.

Comme vous l’aurez deviné, son nom provient de la légende du Roi Arthur mais il existe cependant plusieurs versions : on l’appelle comme ça depuis le quinzième siècle et cela pourrait provenir du fait que la légende du Roi Arthur se déroule surtout dans le sud de l’Angleterre et le pays de Galle. Le mot « Arthur » pourrait aussi être une déformation du mot « archer » ce qui ferrait « archer’s seat » en référence à ce que la colline aurait pu être un endroit de bataille au Moyen Age.



Au XIXème, en 1836, cinq jeunes garçons qui chassaient des lapins firent une découverte : dix sept mini cercueils étaient enterrés au sommet de la colline. A l’intérieur il y a avait des petites statuts en bois taillées avec précision, portant des chaussures noires peintes et des habits traditionnels. Ceux qui étaient en bas étaient plus détériorés que ceux sur le dessus mais apparemment, c’est parce que ces derniers y auraient été enterrés plus tard. Ils étaient disposés en deux rangées de huit avec un unique cercueil placé tout en haut comme si il commençait une troisième colonne. 

 

Mais que représente t-ils ? Il y a eu beaucoup de suggestions : des poupées vaudous, des présents de bonnes chances que l’ont donnait aux marins et qui étaient enterrés une fois qu’ils avaient servit… mais la théorie la plus plausible est qu’il s’agirait de la représentation des victimes de Burke et Hare (Burke ayant été pendu en 1820 soit sept ans avant que la première poupée fut retrouvée). Le fait est que l’on ne sait toujours pas précisément de quoi ou de qui il s’agit et on ne sait pas non plus qui les a placés ici. Ils sont maintenant exposé au Museum of Scotland d’Edimbourg depuis 1901 et on peut l’en voir que huit car les autres se sont effrités en poussière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...