mercredi 16 mars 2011

Oranges and Lemons – Angleterre

Londres


  • La comptine et les explications :

L’origine et la date exacte de cette comptine sont inconnues bien qu’il semblerait qu’elle remonte à 1665. Elle a été publiée pour la première fois en 1744 dans un livre nommé Pretty Song Book écrit par Tommy Thumb. De nos jours, les enfants la chantent toujours dans les cours de récréation.

Dans un souci de clarté, voici les paroles originales, la traduction ainsi que les explications de la comptine. Le début des paroles dépeint la vie londonienne du 16ème et 17ème siècle.

1.
Oranges and lemons, say the bells of St. Clement's.
Oranges et citrons, disent les cloches de St Clément.

Cette phrase qui est aussi le nom de la comptine fait référence aux fruits – en l’occurrence des oranges et des citrons – qui étaient vendus sur les quais près de l’église de St Clément.

2.
Bull’s eyes and targets, say the bells of St Margaret’s.
Bull’s eyes et cibles, disent les cloches de Ste Margaret.

Celle-ci fait référence aux archers qui s’entrainaient dans les champs voisins, le bulleyes étant le centre de la cible. En 1363, le Roi Edouard III ordonna que l’entrainement des archers devienne obligatoire les Dimanches et pendant les vacances. Cette tradition continua jusqu’à ce que les arcs furent remplacés par les armes à feu.

3.
Brick bats and tiles, say the bells of St Giles’.
Briques et carreaux, disent les cloches de St Giles.

Celle-ci fait référence aux briques et carreaux qui étaient utilisés par les constructeurs de bâtiments de l’époque.

4.
Halfpence and farthings, say the bells of St Martin’s.
Demi-penny et sous, disent les cloches de St Martin.

L’église de St Martin qui fut complément détruite par le Grand Incendie de Londres de 1666 à l’exception de sa cloche. La phrase fait quant à elle référence aux gens qui prêtaient de l’argent dans la rue.

5.
Pancakes and fritters, say the bells of St Peter’s.
Pancakes et beignets, disent les cloches de St Peter.

Celle-ci fait référence aux fast-foods de l’époque et donc à la nourriture que l’on vendait aux gens qui travaillaient dans les environs.

6.
Two sticks and an apple, say the bells of Whitechapel.
Deux batons et une pomme, disent les cloches de Whitechapel.

On ne sait pas vraiment à quoi fait référence cette phrase. Peut-être aux pommes d’amour qui existaient déjà à l’époque et qui étaient plantées sur des piques pour pouvoir les manger plus facilement. On sait aussi que le transport des cloches d’un coté à l’autre de la ville rassemblait toujours beaucoup de monde dans une ambiance similaire aux fêtes dans lesquelles ont vendait les pommes d’amour en question.

7.
Maids in white aprons, say the bells of St Katherine’s.
Dames dans de blancs tabliers, disent les cloches de Ste Katherine.

Celle-ci fait référence aux costumes que portaient les dames qui vendaient  de la viande, des jeux ou encore de la volaille et du poisson sur les marchés, dans les années 1600.

8.
Pokers and tongs, say the bells of St John’s.
« Pokers » et « tongs», disent les cloches de St John.

La Chapelle St John est l’une des plus vieilles de Londres et est située dans la Tour de Londres, au deuxième étage de la White Tower. La Tour de Londres à été pendant longtemps une prison et cette phrase fait référence aux instruments de tortures qui étaient utilisés en son sein.

9.
Kettles and pans, say the bells of St Anne’s.
Bouilloires et casseroles, disent les cloches de Ste Anne.

Celle-ci fait référence aux ustensiles vendus par les dinandiers, ces derniers étant des artisans qui fabriquaient des objets par martelage à partir d’une feuille de cuivre par exemple.

10.
Old Father Baldpate, say the slow bells of Aldgate.
Vieux Père Baldpate, disent les cloches d’Aldgate.

La cloche d’Aldgate se réfère non pas à l’église mais à la fonderie. L’un des maitres fondeurs de la cette dernière fondit une des cloches de l’église de St Botolph. St Botolph était un abbé, mais aussi le Saint Patron des Voyageurs et des Itinérants, et l’église actuelle a été construite en son honneur. Cette dernière était connue pour être « l’église des prostituées » car elles exerçaient leur activité dans les environs. A ce sujet, Catherine Eddowes, l’une des victimes de Jack l’Éventreur aurait été vue aux alentours de l’église avant d’y être assassinée la nuit du 30 Septembre 1888. L’expression « Vieux Père Bald Pate » fait en fait référence à St Botolph – un « bald pate » étant une expression utilisée pour décrire une personne chauve.

11.
You owe me ten shillings, say the bells of St Helen’s.
Tu me dois dix shillings, disent les cloches de Ste Helen.

L’église Ste Helen mentionnée ici était fréquentée par beaucoup de riches marchands qui vivaient dans les environs. Parmi eux, un vendeur de vêtements nommé Sir John « Rich » Spencer qui devint le maire de la ville pendant le règne de la Reine Elizabeth Ier. Son surnom laisse supposer qu’il devait être vraiment très riche. Spencer était aussi quelqu’un qui prêtait de l’argent à la population et la phrase « tu me dois 10 shillings » fait référence à cela. Cette église était aussi fréquentée par William Shakespeare. Ce dernier, tout comme son père John, prêtait aussi de l’argent.

12.
When will you pay me? Say the bells of Old Bailey.
Quand me les paieras-tu ? Disent les cloches de Old Bailey.

La Old Bailey ne comporte en fait pas de cloche, cette phrase fait en fait référence aux cloches de St Sepulchre et de la prison de Newgate. Old Bailey est le nom donné au palais de justice car celui-ci était localisé sur Bailey Street, et son bâtiment est voisin de la prison Newgate. La phrase se réfère aux débiteurs des gens qui étaient dans la prison. (Voir plus loin pour plus de détails).

13.
When I grow rich, say the bells of Shoreditch.
Quand je serais riche, disent les cloches de Shoreditch.

La cloche de Shoreditch renvoit à celle de l’église Leonard sur Kingsland Road dans l’ancien district de Shoreditch qui fait maintenant partie du district de Hackney. Cette église était fréquentée par beaucoup d’acteurs et était d’ailleurs situé a coté d’un théâtre. Ce quartier était considéré comme l’un des plus pauvres de la ville de Londres et cette phrase fait surement référence à ces habitants.

14.
Pray when will that be? Say the bells of Stepney.
Et quand cela sera-t-il ? Disent les cloches de Stepney.

L’église de St Dunstan dans le quartier de Stepney était autrefois surnommée « l’Eglise des Hautes Mers » car beaucoup de marins étaient enterrés dans son cimetière. Cette phrase peut faire référence aux femmes de ces marins qui les voyaient partir sans vraiment savoir quand est-ce qu’ils allaient revenir. C’était surtout le cas au 16ème et 17ème siècle car beaucoup de marins étaient employés pour partir à la découverte du nouveau monde.

15.
I do not know, says the great bell of Bow.
Je ne sais pas, dit la grosse cloche de Bow.

16.
Here comes a candle to light you to bed,
Voici une bougie pour éclairer ton lit.

And here comes a chopper to chop off your head,
Et voici un bourreau pour te couper la tête,

Chip chop chip chop, the last man’s dead!
Coupe coupe coupe coupe, le dernier homme est mort !

Les trois dernières phrases de la comptine sont assez sinistres mais facilement explicables. Elles furent surement ajoutées aux alentours des années 1783 quand une fameuse potence fut déplacée de Tyburn à Newgate – endroit ou se tenait une prison qui contenait à la fois des criminels mais aussi des débiteurs de dettes.

Tyburn était connu pour son Tyburn Tree (l’Arbre de Tyburn) – endroit qui servait pour les exécutions des criminels. A l’époque les exécutions étaient publiques et étaient des spectacles auxquels les villageois aimaient beaucoup assister. La foule pouvait atteindre les 100 000 personnes qui pouvaient s’entasser sur tout le chemin qui menait à la potence – chemin qui s’étendait sur environ 5 kilomètres depuis la prison de Newgate jusqu’à Tyburn.

 La potence de Tyburn Tree - copyright

En 1783, la cloche ténor de l’église Old Bailey retentissait les matins où une exécution allait avoir lieu à la prison de Newgate. Quand la potence fut transférée au sein même de la prison, elle obtint sa propre cloche des exécutions.

Comme l’indique les paroles de la comptine, la malheureuse victime devait attendre dans la « death row » c'est-à-dire le quartier de la prison dédié aux condamnés à mort. Il savait que son heure était venu quand le sonneur de cloche de la Old Bailey venait le chercher à la lumière d’une bougie pour le sortir de sa cellule. La cloche de l’exécution sonnait et le sonneur de cloche récitait ce texte :

All you that in the condemned hole do lie,
Prepare you for tomorrow you shall die;
Watch all and pray: the hour is drawing near
That you before the Almighty must appear;
Examine well yourselves in time repent,
That you may not to eternal flames be sent.
And when St. Sepulchre's Bell in the morning tolls
The Lord above have mercy on your soul.

--

Vous tous dans la fosse aux condamnés seraient enterrés,
Préparez vous demain à connaitre la mort ;
Regardez bien et priez : l’heure approche,
De vous présentez devant le Tout Puissant ;
Repentez vous dans le temps qu’il vous reste
Pour éviter les flammes éternelles
Et quand le Cloche matinale de St Sepulchre retentira
Le Seigneur tout puissant, de votre âme aura pitié


  • D’autres explications :

L’expression britannique « on the wagon » (dans le wagon) signifiant qu’une personne a arrêté de boire de l’alcool aurait les mêmes origines que cette comptine. En effet, les prisonniers étaient transportés jusqu’à la potence dans un wagon et étaient autorisés à boire un dernier verre d’alcool dans un pub sur le chemin. Si un compatissant voulait lui offrir un deuxième verre, le garde répondait « Non, ils vont dans le wagon !».

Il existe d’autres théories quand à l’origine de la comptine : la dernière phrase pourrait en fait faire référence aux difficultés maritales d’Henry VIII et à se façon toute particulière de les résoudre, à savoir, la décapitation. Cependant cette thèse semble peut probable car les trois dernières phrases ne faisaient pas partie de la version originale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...