dimanche 1 mai 2011

Mere Shipton - Angleterre

Yorkshire

  • L’histoire :

Mère Shipton était une voyante, prophétesse et sorcière du 16ème siècle, bien connue pour avoir prédit – entre autre – le Grand Incendie de Londres et l’épidémie de peste qui ravagea la ville.

Née Ursula Southeil (ou Sontheil) en 1488, elle aurait été l’enfant illégitime d’une jeune fille de 16 ans nommée Agatha. Elle se serait par la suite mariée avec un charpentier du nom de Toby Shipton et aurait commencé à être connue sous le nom de Mère Shipton à ce moment là. Au physique peu gracieux, la légende raconte que sa naissance était le fruit de l’union de sa mère et du diable. Un bibliographe raconte que dés sa naissance elle était reconnaissable grâce à son visage hideux et la décrit comme très morose, avec de gros os, une grosse tête aux yeux globuleux mais fiers. Son nez aurait été exagérément disproportionné par rapport à sa tête. Elle ressemblait donc à l’archétype de la sorcière et était considérée comme la première prophétesse d’Angleterre.



Elle fut confiée à une mère adoptive à l’âge de deux ans et sa mère Agathe termina sa vie sans un couvent à Nottingham. Quand elle quitta sa mère d’adoption elle s’installa dans une grotte qui porte aujourd’hui son nom – Mother Shipton’s Cave – et qui est située le long de la rivière Nidd. Elle est adjacente au Petrifying Well. 

Qu’est-ce que le Petrifying Well ?

Officiellement nommé Dropping Well, il s’agit d’un genre de cascade dont l’eau provient d’un lac souterrain et qui rejaillit de la roche par un trou nommée aquifère. Le flot de cette source ne s’arrête jamais et chaque heure, environ 3200 litres s’en écoule que se soit l’Hiver ou l’Été. Les eaux sont extrêmement concentrées en minéraux et n’importe objet qui resterait dans son passage est transformé en pierre selon un délai plus ou moins long en fonction du matériel à « pétrifier ».

Il y a deux thèses quant à l’utilisation de la source à l’époque de Mère Shipton. La première raconte que les villageois ne s’en approchaient pas de peur de ses propriétés magiques. Ils croyaient en effet que le simple fait de toucher l’eau les transformerait en pierre. La deuxième thèse raconte qu’à l’époque d’Henry VIII en 1538, la source était bien connue et qu’elle recevait de nombreuses visites de personnes qui voulaient se laver ou boire, et était réputée pour ses vertus thérapeutiques.

Mère Shipton commença ses prédictions pour aider et conseiller les villageois de Knaresborough puis rapidement sa réputation commença à grandir. Des rumeurs circulaient sur ses prétendus pouvoirs avant même qu’elle se marie à l’âge de 24 ans et on racontait qu’elle pouvait se venger des remarques désobligeantes ou jouer des tours à ceux qui la raillaient. Une histoire raconte qu’un mois après son mariage, l’une de ses voisines alla la voir pour lui demander son aide car une blouse et un jupon avaient lui avait été dérobé. Elle répondit qu’elle voyait très bien qui avait volé ses affaires et qu’elle pouvait être sure qu’elles lui seraient rendu dans de brefs délais – c’est exactement ce qui arriva le lendemain.

A l’instar de Nostradamus, Mère Shipton faisait aussi des prophéties qui pour la plus grosse majorité se produisaient. Son plus grand opposant était certainement le Cardinal Wolsey qui n’apprécia pas une de ses prédictions le concernant. En effet, elle lui raconta qu’il ne verrait jamais la ville de York malgré le fait qu’il soir l’archevêque de la ville. Plusieurs personnalités dont le Duc de Suffolk et le Comte de Northumberland demandèrent alors à voir Mère Shipton pour lui parler de sa prédiction.

Elle fut agréable et très accueillante : elle les aurait invités à s’asseoir au coin du feu et demandé à sa servante de leur ramener des rafraichissements. Puis elle leur aurait avoué qu’elle connaissait leur identité et pourquoi ils étaient venus la voir. Puis elle aurait ajouté qu’elle n’avait jamais dit que le Cardinal ne verrait pas la ville de York mais qu’il ne pourrait jamais y mettre les pieds.

Quelques jours après ce rendez-vous, le Cardinal Wolsey quitta Londres pour York. Son avant dernière destination était un petit village du nom de Cawood, à environ 16 km au Sud de la ville. Alors qu’il était sur le point de montrer qu’elle avait tort, il lui fut demandé de retourner à Londres immédiatement car il devait s’y tenir  un procès très important pour haute trahison. Il mourut à Leicester quelques années plus tard sans jamais être allé à York. Mère Shipton avait vu juste et cette anecdote fit grandir sa réputation de plus bel. Plus tard, elle prédit des choses aussi variées que la chute de l’hégémonie de l’Église, la mort de Marie la Reine des Écossais, mais aussi le retour de la paix avec la fin de la guerre qui déchirait l’Irlande. Elle aurait même prédit sa propre mort en 1561. L’endroit où elle est enterrée n’est pas connu et certain pensent qu’elle ne serait même pas près de Knaresborough mais plutôt dans la périphérie de York.

Ses prophéties furent publiées en 1641 et on découvrit ces mots « La mort triomphante traversera Londres ».  Un an plus tard, la peste ravagea la ville de Londres en commençant par Pudding Lane. Samuel Pepys écrivit dans son journal que Mère Shipton avait vu juste.

 L'édition de 1686 - copyright

Elle avait cependant tort sur sa vision de la fin du monde. Une de ses prédiction dit que « le monde est sa fin arriveront, en 1881 ». Elle attachait aussi la fin du monde à un pont des environs et pensait que la fin du monde arriverait lorsqu’il s’effondrerait. Or, il s’est déjà effondré deux fois.


  • Quelques explications :
La première édition de ses prophéties fut publiée en 1641 et était appelée « Les prophéties de Mère Shipton sous le règne du Roi Henry VIII ». En 1684, le plus gros de son travail fut publié par un certain Richard Head. C’est dans cette édition que les premiers éléments de sa bibliographie et notamment de sa naissance furent relatés et qui disaient qu’elle était née dans une grotte dans une petite ville du Nord du Yorkshire et qu’elle avait le visage complètement déformé à la naissance. Ces détails étaient en fait l’invention de Richard Head lui-même pour faire sensation.

Il est maintenant certain que la plupart des prophéties de Mère Shipton étaient fausses voir même écrites et inventées par d’autres personnes après que les événements se soient effectivement passées. Pour exemple, sa prophétie concernant le Cardinal Wosley date de 1641 soit de longues années après la mort de ce dernier.

Certain se posent même la question de savoir si Mère Shipton a vraiment existé. Cependant bien que les détails de sa vie furent inventés par Richard Head, un historien du nom de Kellet a fait une étude sur le sujet et en a déduit qu’elle avait vraiment existé. Il argumente en disant que si ses prophéties avaient vraiment été inventées par d’autre personnes, elles auraient été plus sensationnelles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...