samedi 13 août 2011

Le Shakespeare's Globe - Angleterre

  • L’origine du Globe :
Le tout premier théâtre était connu sous le nom de « The Theatre » et fut construit par Shoreditch à Londres en 1576. Le propriétaire de ce théâtre portait le nom de James Burbage et avait obtenu un bail de vingt et un an avec la permission de construire la première scène. Avant l’apparition du Theatre, les pièces de théâtres étaient jouées dans les auberges ou dans les pubs. Parfois elles pouvaient aussi être jouées dans les demeures de riches nobles ou dans les cas extrêmes dans la rue. L’ouverture du Theatre impulsa l’ouverture de nombreuse autres scènes et théâtres dans toute la ville comme par exemple le Rose Theatre en 1587 et le Hope Theatre en 1613. Le plus prestigieux était le Globe Theatre construit en 1599 mieux connu sous le nom de Shakespeare Globe.

Le bail du terrain avait été signé pour 21 ans et expirait à la fin de l’année 1597. Le propriétaire – Giles Allen – un homme cupide désapprouvait les représentations théâtrales et le théâtre en général, et augmenta volontairement le loyer du terrain. La troupe ne pouvant supporter une telle somme fut obligée de se déplacer au Curtain Theatre, un théâtre public non loin du Theatre. Les négociations entre les deux parties ne purent aboutir et Gille Allen préféra démanteler le Théâtre comme il était prévu dans le bail, ceci afin de gagner encore plus d’argent. Cependant Burbage trouva une clause dans le bail l’autorisant à déconstruire le bâtiment afin de l’installer ailleurs. Toute la troupe fut solidaire de ce projet et se mit au travail : ils démontèrent l’édifice, traversèrent la Tamise et le reconstruisirent sur Bankside à Southwark. Bien sûr Gilles Allen fut furieux, mais ne put aller contre ce projet devenu réalité. Le nouveau théatre fut appelé le Globe.


  • Le Globe Theatre de Bankside, Southwark :
Le Globe fut construit par un charpentier du nom de Peter Smith, accompagné de ses ouvriers. Il devient le plus impressionnant théâtre de la ville : il pouvait en effet accueillir plusieurs millier de personnes. Mais le Globe n’était pas seulement un endroit de représentation, il était aussi réputé pour être une maison close et de jeux. Dès le début le Globe eut un succès retentissant, le Bear Garden, proche concurrent en fit les frais et ses recettes baissèrent sensiblement.

Puis en 1614, le Globe connut un autre épisode de son histoire, les acteurs – Henslowe et Edouard Alleyn – vedettes de l’ère élisabéthaine, prirent la décision de le démolir. Un nouveau théâtre, du nom de Hope Theatre le supplanta.

Les pièces se succédaient sans relâche. Il y avait une demande importante et donc beaucoup d’argent à gagner et la concurrence était rude.  Dès qu’une pièce était terminée, les acteurs utilisaient directement le script. Les rivalités entre compagnies étaient féroces. Des espions étaient envoyés pour dérober des copies et les copyrights n’existant pas à l’époque, l’espionnage était fréquent et usité par tous. Des versions pirates, telle les Quarto Texts en étaient la preuve vivante. Il s’agissait de pâles copies des œuvres de Shakespeare qui, évidemment, affectaient considérablement le style original. En 1591, une loi fut votée pour obliger le théâtre à fermer les mardis, et ceux dans le but de donner leur chance aux autres établissements.

Les jours où le Globe donnait ses représentations étaient facilement reconnaissables car les environs étaient toujours bondés. Des stands de restauration et de rafraichissements s’installaient un peu partout aux alentours du théâtre. On retrouvait alors une ambiance de marché, avec ses cris, ses gens qui s’apostrophait, les odeurs, et les couleurs, une certaine bonne humeur et était palpable. Mais le Globe attirait surtout les jeunes qui n’hésitaient pas à quitter leur emploi un peu plus tôt  pour se rendre au théâtre. Quand la trompette retentissait, il s’agissait du signal pour annoncer que la pièce allait commencer. Les spectateurs commençaient alors à s’installer selon leurs places respectives.

Les productions du Globe ne reculèrent devant rien pour produire des scènes de plus impressionnantes et sophistiquées. Ils utilisèrent même de vrais canons et n’hésitaient pas à utiliser des effets spéciaux tels la fumée, les feux d’artifices, les tirs d’armes pour simuler les batailles, et même des entrées par le « ciel » pour des apparitions depuis le Paradis. Le sol était équipé d’une trappe que l’on utilisait pour les scènes où l’on voulait créer la surprise. Une innovation du Globe qui le rendait aussi populaire était l’introduction de la musique dans ces créations.

Le succès ne se démentait pas et pour répondre à cette demande incessante et constante, les acteurs shakespeariens n’avaient connaissance de leur texte que quelques minutes avant d’entrer en scène. Heureusement qu’un « souffleur » était caché dans les coulisses pour pallier aux trous de mémoires des acteurs. Cette technique s’appelait le « cue acting ». Une autre méthode portant le nom de « cue scripting » consistait en ne donner à l’acteur que ses propres répliques et la scène complète ne lui était dévoilée qu’au moment où il devait effectivement la jouer. Ces différentes méthodes ne permettaient pas de jouer  des scènes pour s’entraîner comme il est coutume de faire dans le métier mais permettait en revanche d’enchaîner les représentations et de varier les pièces. La profession d’acteur était très mal vue, il était impensable que des femmes apparaissent sur scène, il n’y avait pas d’actrice, les rôles féminins étaient tenus par de jeunes garçons.

Afin d’assister aux représentations, le public le plus pauvre payait une livre, ils se tenaient dans la fosse et debout. Les plus riche payait plus cher et pouvait s’asseoir à l’abri dans les gradins. Les nobles riches pouvaient même disposer d’un fauteuil juste à coté de la scène. Comme il n’y avait pas d’électricité à l’époque, les représentations se tenaient l’après midi. Bien que les hommes et les femmes assistent à la représentation, les femmes avaient l’habitude de cacher leur visage avec un masque pour ne pas dévoiler leur identité. Le Globe était tellement populaire qu’il était complet tous les jours. Il ne fermait que quand il y avait des départs de peste dans la ville – ces derniers étant très fréquent à cette époque. Cela arriva notamment en 1593, 1603 et 1608, années où tous les théâtres de la ville furent fermés pour la même raison. Les acteurs shakespeariens étaient alors en congés temporaire et quittaient la ville pour aller se réfugier dans la banlieue.



A : The Yard ou la Fosse : a l’époque, environ un millier de personnes assistaient au spectacle debout. Quand il faisait chaud et humide on les appelait les « penny stinkards » soit les « penny puant ».

B : The Heavens ou les Paradis : le toit de la scène était constitué d’un auvent orné des signes du zodiaque. Les acteurs qui jouaient des rôles de dieux et d’anges pouvaient entrer sur scène à l’aide d’une trappe qui pouvait s’ouvrir.

C : The Lord’s Room ou la Chambre des Lords : il s’agissait des loges les plus prisées du Globe. Elles étaient exclusivement réservées aux Lords et Ladies qui se souciaient plus d’être vus que de voir la pièce.

D : The Musician’s Gallery ou la Galerie des Musiciens : c’est de cet endroit que provenait la musique jouée pendant les représentations. Cette galerie servait également d’espace de jeu qui pouvait aussi représenter le balcon de Juliette ou bien les remparts d’un château.

E : The Gentlemen’s Room ou la Chambre des Gentlemen : pour six pences, les amateurs de théâtre issus de milieu aisé pouvait y « écouter » la pièce assis dans de confortables fauteuils.

F : The Tiring House : cette pièce en coulisse était un endroit où les acteurs se mettaient en costume et se retiraient après la pièce.

G : The Trapdoor ou la trappe : cette trappe menait à un espace sous la scène d’où toutes sortes de fantômes, sorcières et diables pouvaient entrer sur scène.

H : The Pillars of Hercules ou les piliers d’Hercules : ces colonnes ne sont pas en marbre comme on pourrait le croire mais en bois peint. Ces deux énormes troncs supportaient le toit de la scène « The Heavens ».


L’auditoire déposait donc un penny dans une boite pour avoir le droit d’assister au spectacle debout devant la scène. Un autre penny était déposé dans la boite devant les escaliers pour pouvoir s’installer dans la première galerie. Si l’on voulait s’assoir dans la seconde galerie, un second penny était demandé. Quand le spectacle commençait, le butin était amené dans les coulisses et les profits étaient partagés entre les membres de la compagnie du Globe comme par exemple les actionnaires de nos jours. William Shakespeare percevait environ 10% du profit alors même qu’il détenait environ 20% des actions dans le Globe.

Shakespeare n’avait pas seulement des parts dans le Globe, il pouvait aussi lui arriver de jouer dans certaines pièces mais on ignore combien exactement de rôle il a tenu pourtant il existe de nombreuses documentations sur le sujet : Shakespeare a commencé sa carrière sur les planches en 1592. Il est probable qu’il ait joué un petit rôle dans Edouard Ier en 1593 ainsi que dans Macbeth, Henri IV ou encore Hamlet – pièce dans laquelle il aurait été au top de sa performance selon son biographiste Nicholas Rowe.

  • Le début du déclin :
Les acteurs itinérants étaient très populaires en Angleterre à cette époque mais comme il n’y avait aucune censure, il arrivait que le jeu serve pour véhiculer de la propagande comme la critique de l’Etat ou la liberté de penser à la fois en termes de religion mais aussi en politique. La reine Elisabeth, très soucieuse de sa popularité auprès de la population décida qu’il était judicieux de renforcer les contrôles les textes des acteurs  mais il ne fallait pas tout interdire. Les contrôles commencèrent en 1572, année à laquelle des allocations furent distribuées aux troupes estimées légitimes comme par exemple les Earl of Leicester’s Men. On pouvait demander à chaque acteur élisabéthain et à tout moment, leurs titres de compétence. Sous la Reine Elisabeth, certains sujets étaient mêmes interdits comme la religion ou la politique mais c’était le comportement des spectateurs qui pouvaient être pires que ceux des acteurs car le Globe n’était pas qu’un endroit pour les spectacles mais servait aussi de maison close et de jeux. Le taux de criminalité était plus important dans les théâtres et dans les heures qui suivaient la représentation, la foule était le plus souvent incontrôlable et très bruyante. Il était alors évident qu’il fallait renforcer les contrôles à l’abord des théâtres londoniens.

Les objections allant à l’encontre des théâtres londoniens commencèrent à grandir, les plaintes provenant notamment de l’église et de la population dite « respectable » de Londres. Elles concernaient non seulement la nature de certaines pièces, la montée de la criminalité mais aussi le risque de contamination élevée de la foule par la peste. La réputation des acteurs fut aussi touchée et furent inclus dans une loi de 1572 allant à l’encontre des vagabonds. 

La situation s’envenima tellement qu’en 1596, les autorités londoniennes interdirent les représentations publiques ainsi que les théâtres dans toute la ville – ces derniers étant forcés de déménager du coté Sud de la Tamise.

Le Globe quant à lui ne fut utilisé que jusqu’en 1613, année à laquelle le 29 Juin, un feu le dévasta. En effet, un boulet de canon faisant partie de la mise en scène incendia accidentellement ce toit de chaume ce qui le fit brulé entièrement. A cette époque, les canons étaient fréquemment utilisés lors des pièces de théâtre. Dans le Globe on les utilisait notamment lors des représentations de la pièce Henri VIII, certainement pour prévenir de l’apparition du roi dans le premier acte. La catastrophe arriva le troisième jour de la représentation et le théâtre brula en à peine une heure ne faisant  heureusement aucune victime. Cette destruction fut  associée au drame de la vie de Shakespeare car elle coïncide avec sa retraite du monde de l’écriture.

En 1642 sous l’influence des puritains, une loi entra en vigueur pour supprimer tous les théâtres de la ville. A la base les puritains étaient une faction religieuse et le terme tomba dans le domaine public à la fin du règne de la Reine Marie Ier dit Bloody Mary. Cette interprétation très stricte de la religion se répandit dans de nombreuses catégories sociales différentes ce qui conduit à un code de comportement très strict. Les Puritains menés par Olivier Cromwell mena à un énorme conflit avec les Royalistes conduits  par le Roi Charles Ier débouchant ainsi sur une guerre civile. En 1644 le Globe fut détruit par ces fanatiques. En 1647, des lois très strictes sur les scènes et théâtres entrèrent en vigueur et en 1648 il fut ordonné de fermer tous les autres où il y avait des représentations théâtrales ou pas. Quiconque était attrapé en train de jouer la comédie devait s’acquitter d’une amende de 5 shillings. En 49 la Guerre Civile déboucha finalement sur la terrible exécution du Roi Charles 1er. En 1653 Olivier Cromwell devint Lord Protecteur du pays jusqu’en 1658, année à laquelle il mourut et où le pouvoir des puritains commença à décliner. En 1660 le Roi Charles II monta sur le trône et avec la restauration de la monarchie, les théâtres purent enfin re-ouvrir. Mais le Globe ne fut pas reconstruit à ce moment là.

2 commentaires:

  1. tres bien mene par contre la bar de recherche devrais etre plus mis en avant

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...