mercredi 14 avril 2010

Richard "Dick" Turpin - Angleterre

York

 Image tirée d'un théâtre en papier datant de l'époque Victorienne

Bien qu’associé à la ville de York, Dick Turpin était en fait originaire de l’Hempstead dans l’Essex où il y est né en 1705 (certains disent qu’il serait né en 1906). Il passa une grosse partie de sa vie dans le Sud Est de l’Angleterre. Boucher de profession, il se tourna dans les années 1730 vers le vol de bétail et devint rapidement par la suite, membre d’un groupe de criminels bien connu appelé le Gregory Gang (ou Essex Gang). Ce derniers terrorisèrent l’Essex en cambriolant les propriétés ce qui leur valaient de faire la couverture de tous les journaux. Par ailleurs, 50£ par tête du gang était donné en récompense à qui aiderait les autorités à les coincer.

A ce moment là, surement pour éviter de se faire coincer, Turpin se reconvertit en bandit de grand chemin – c’est de là que sa notoriété lui vient. En compagnie de Tom King, il dévalisa dans tout le Royaume des Angles de l’Est (Suffolk et Norfolk actuel), jusqu'à ce que son compagnon de route meure dans une fusillade alors qu’ils étaient en train de voler un cheval de course nommé White Stocking. Cet événement ne découragea pas Turpin dans ses activités et il continua sa carrière tout seul jusqu’en 1738. A cette date là, la récompense pour sa tête avait été multipliée par quatre. Il pensa alors qu’il fallait mieux qu’il fasse profil bas pour un temps, pris le pseudonyme de John Palmer et mena la vie d’un gentleman du Yorkshire.

Cependant pour pouvoir mener sa vie de gentleman, il continuait à voler du bétail dans le Lincolnshire pour éviter qu’on ne le perce à jour chez lui. Mais un jour, alors qu’il tua un jeune coq appartenant à son propriétaire, une enquête commença à être faite sur son passé et ses vols dans le Lincolnshire tournèrent court. Turpin fut emprisonné dans le château de York et emprisonné pour ses crimes sous son pseudonyme. Personne n’avait fait le rapprochement avec le fait qu’il soit Dick Turpin.

Une drôle de coïncidence le révéla sous son vrai jour. Il écrivit à son frère depuis la prison mais ce dernier refusa de payer la taxe de délivrance du courrier. La lettre fut alors retournée à la Poste où, alors que le professeur qui avait appris à Turpin à écrire passait par là, reconnu son écriture. Il voyagea jusqu'à la prison pour l'identifier et John Palmer redevint Dick Turpin.

Le Duc de Newcastle voulait qu'il soit jugé à Londres mais finalement, le procès se tint aux Assises de York, dura trois jours puis Turpin fut condamné à mort. Il resta provocateur jusqu'au bout : il refusa l'aide d'un homme d'église local et engagea cinq pleureuses professionnelles pour le jour de son exécution – occasion pour laquelle il avait d'ailleurs acheté une nouvelle redingote et de nouvelles chaussures. Le jour de son exécution le 7 Avril 1739 – il monta sur la potence suivit de ses pleureuses.

Il fut pendu par pendaison lente (short drop) et resta sur l'échafaud jusqu'à tard dans l'après midi. Puis on le détacha de la potence et son corps fut emmené dans une taverne à Castlegate. Le lendemain matin, il fut enterré dans le cimetière de l'Église de St George, Fishergate. Par manque de chance, il ne put reposer en paix de suite car le mardi suivant son enterrement, son cadavre fut reporté comme ayant été volé par des  résurectionnistes (cf. article sur Burke et Hare pour plus de détails). Ces derniers furent cependant rattrapés et le corps fut restitué et re-enterré avec une couche de chaux pour éviter que cela ne se reproduise.

2 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...