samedi 17 décembre 2011

Le Newgate Calendar – Angleterre


Au 18ème siècle, le Newgate Calendar était avec la Bible, l'un des livres les plus publiés en Angleterre. Il compilait les coupures de journaux vendus par les colporteurs au sujet des affaires de crimes, procès et sentences des grands criminels – sujets dont la population était particulièrement friande.

La toute première édition datant de 1773 était titrée : "Le Newgate Calendar ; composé des mémoires les plus intéressantes des personnages qui ont été condamné pour atteinte aux lois de l'Angleterre depuis le commencement du dix-huitième siècle ; avec des anecdotes et les derniers mots des victimes".

Les éditions suivantes furent publiées en quatre volumes entre 1824 et 1826 par deux avocats portant le nom de Knapp et Baldwin.

Le nom du journal provient quant à lui de la Newgate Prison, endroit où étaient enfermés les prisonniers avant leur exécution publique qui elle, avait lieu à Tyburn. Les condamnés faisaient le trajet de Tyburn Road jusqu'à la potence de Tyburn Tree dans des charrettes ouvertes pour que la population puisse les voir et leur lancer des choses. La potence fut bougée à Newgate en 1783.

Les enfants étaient vivement encouragés à lire cet ouvrage car il avait pour mission de leur inculquer les principes de la vie, de leur apprendre que tous faits répréhensibles étaient sévèrement punis et de leur faire des leçons de morale, tout cela en utilisant des histoires de bandits de grand chemin et autres félons. Dans l'une des premières versions un éditeur et même allez jusqu'à inclure une image montrant une mère dévouée donner un exemplaire à son jeune fils tout en pointant du doigt un corps pendu sur une potence. Cette gravure était accompagnée du texte suivant :

The anxious Mother with a Parents Care,
Presents our Labours to her future Heir
"The Wise, the Brave, the temperate and the Just,
Who love their neighbour, and in God who trust
Safe through the Dang'rous paths of Life may Steer,
Nor dread those Evils we exhibit Here".

--

La Mère anxieuse avec des Préoccupations de Parents,
Offre nos Travaux à son futur Héritier
"Le Sage, le Brave, le modéré et le Juste,
Qui aime ses voisins, et en Dieu nous croyons
Sain et sauf à travers les chemins Dangereux de la Vie,
Des Maux sans terreur nous présentons Ici".

 La gravure tirée de l'une des premières éditions

La plupart de la population lettrée appartenant à n'importe quelle classe sociale lisait ces histoires à leurs enfants. De nombreux auteurs ce sont même basée sur les Newgate Calendars pour écrire leurs romans. Le plus célèbre d'entre eux est certainement Barnaby Rudge de Dickens. Même les illettrés pouvaient en profiter car les histoires étaient fréquemment jouées sur scène par des troupes d'art dramatique qui étaient très populaires à l'époque. Les histoires de Richard "Dick" Turpin  ou encore Sawney Bean étaient quant à elles jouées en mimes pour les enfants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...