jeudi 8 mars 2012

La vie de St Patrick – Irlande


Au 5ème siècle, l'Angleterre était l'avant-poste de l'Ouest d'un Empire Romain qui commençait à tomber en morceaux. A son apogée ce dernier s'étendait depuis l'Écosse dans l'hémisphère Nord jusqu'aux déserts d'Afrique pour ce qui était du Sud. La ville de Rome elle-même, à été détruite en 410 par une horde d'armées barbares qui venaient du Sud-est de l'Europe.

Malgré ces gros changements la vie suivait son cours pour Magonus Sucatus Patricius (dit Patrick) qui vivait dans un endroit appelé Bannavem Taberniae. Nul ne connait son emplacement exact mais la majorité des croyances s'accordent pour dire que ce village ce situerait près de l'actuel Comté de Cumbrie dans le Nord-ouest de l'Angleterre. Patrick ressemblait à n'importe quel garçon de son âge et il était insouciant, indiscipliné et avait peut d'intérêt pour l'école. 


Il ne s'intéressait pas du tout au latin et ne le comprenait que très peu ce qui le gênait pour pouvoir s'exprimer sur ses croyances religieuses. De plus le jeune romain était loin d'être un exemple de sainteté. Dans sa jeunesse il avait rejeté les croyances liées à Dieu et désobéit aux Saints à de nombreuses reprises ce qui déplaisait grandement à son grand-père – Potious – qui était lui-même prêtre. Ses parents – Conchessa et Calpurnius – avaient aussi un lien avec l'église puisqu'ils étaient à moitié nobles et avaient le rang de diacre à l'église. Leur rôle était d'aider les moins fortunés de la communauté en leur prodiguant de bons conseils.


Un jour alors que Patrick jouait dans la villa de ses parents, une flotte de bateaux annoncèrent leur arrivée près de la côte à l'aide de nombreux cors de chasse. En effet, depuis que les légions romaines furent appelées pour aider à défendre l'Italie des Goth et des Wisigoths, les attaques part la côte Ouest britannique étaient plus faciles pour les pilleurs venus des mers. Ils accostèrent sur la plage et débarquèrent dans le but de faire des prisonniers.

La suite fut dramatique avec des scènes de maisons en feu et de femmes qui criaient. Le jeune Patrick se fit capturer, attacher et jeter dans la cale d'un bateau. Mais ce que ces barbares ignoraient c'est que dans les cales de leurs bateaux parmi les esclaves et les trésors, il y avait une personne qui plus tard allait les convertir au christianisme.

Une fois arrivé en Irlande, les détails de la vie de Patrick sont incertains. Patrick lui-même aurait raconté avoir travaillé pour son maitre près des "bois de Foclut à coté de la mer de l'ouest". Bien qu'après sa capture il a surement séjourné à plusieurs endroits différents, il pourrait s'agir du Comté de Mayo sur la cote Ouest de l'Irlande. Certains pensent que "la mer de l'ouest" serait en fait de Lough Neagh situé dans le centre de l'Ulster. Par ailleurs, le Comté d'Antrim étant très relié à St Patrick alors qu'il aurait été berger, cette version est aussi possible dans la mesure où il n'avait pas forcément connaissance des noms des endroits qui l'entourait et qu'il aurait pu faire l'amalgame entre l'eau qu'il voyait et la mer.

Quelque soit l'endroit où il se trouvait, c'est pendant qu'il gardait les moutons et le bétail, qu'il commença en vraiment penser à Dieu et à utiliser la prière avec conviction. Sa foi chrétienne se développa vraiment quand il se retrouva tout seul, loin de sa maison. Il commença à avoir des visions, des rêves qui semblaient lui dirent quelque chose et à travers lesquels Dieu communiquait avec lui pour lui montrer le droit chemin et le préparer au futur.

Après six années de travail pour son maitre, St Patrick entendit une voie qu'il lui indiqua que son bateau était prêt. Il fut embêté car les seuls ports qu'il connaissait se trouvait sur la cote Est de l'Irlande – la cote Ouest de l'Irlande étant vue comme le bout du monde à l'époque. Patrick se mit alors en route et parcouru plus de 200 miles (environ 320 km) pour rejoindre le Sud de la cote Est et embarquer sur un bateau. Pour la suite, les avis des historiens divergent. Ainsi Patrick aurait pu tout aussi bien se rendre au Pays de Galles, dans les Cornouailles ou même en France. Ce lien avec la France viendrait d'une légende qui provient des Iles de Lérins situées sur la cote d'Azur. Un moine portant le nom d'Honoratus aurait débarrassé l'ile des reptiles et des lézards afin de construire un monastère pour les saints, les évêques et les érudits. Patrick ayant débarrassé l'Irlande des serpents, les historiens se demandent s'il ne s'en serait pas inspiré ou même si il ne l'aurait pas aidé. Les païens irlandais portaient des serpents comme symbole, peut-être Patrick se serait servit des serpents comme métaphore pour faire comprendre qu'il avait pour idée de débarrasser l'Irlande du paganisme.

Patrick commença à accomplir sa mission quand il revint en Irlande. Il avait alors la trentaine. Ce n'est pas le premier à avoir tenté de convertir les Païens au christianisme. En effet, en 431, un certain Palladius échoua dans cette mission. Les versions divergent sur la question de savoir si Patrick était seul ou accompagné pour accomplir sa quête. Certains pensent qu'il y avait en fait trois ou quatre "Patrick" et que la légende les aurait regroupés en une seule et même personne. D'autre pense que ce voyage religieux regroupait en fait Patrick, ses deux frères Ruchti et Deacon ainsi que leur six sœurs, Tigris, Lupait, Richella, Cinnenum, Liamain et Darerca mais encore une fois, il ne s'agit là que de pure spéculation.

A l'heure actuelle, les seuls écrits que nous possédons concernant St Patrick sont ceux qu'il a lui-même rédigé, a savoir : la Confession qu'il a écrite alors qu'il était un vieil homme (The Confessio), et la Lettre à Coroticus, un manifeste sur la paix qu'il a écrit à un chef Gallois et ses soldats après qu'ils eurent massacrés un bon nombre d'Irlandais durant un raid. Ces écrits le présente comme un homme extrêmement simple qui craignit souvent pour sa vie lors de la mission qu'il avait à accomplir. Cette description contraste assez avec celle qui figure dans l'une de ses biographie et qui le décrit comme un homme sans peur qui pouvait faire appel à des pouvoirs surnaturels pour combattre la magie des druides. Il aurait été tellement puissant qu'il aurait pu transformer les hommes en animaux. Toujours selon cette biographie, il réussit à convaincre l'Irlande au Christianisme avec facilité.

Le latin de ses lettres est plutôt pauvre et il a un peu de mal avec les mots ce qui montre que le latin n'était pas la langue qu'il utilisait tous les jours. Par rapport à cela, il écrit dans les Confessions :

"Pour cette raison, j'ai beaucoup pensé à écrire mais ait hésité jusqu'à maintenant ; j'avais peur de m'exposer au langage des hommes parce que je n'ai pas étudié comme les autres, qui ont minutieusement étudié les lois et les Saintes Écritures, et qui n'ont jamais eut à changer de langage depuis leur enfance".

Cette faiblesse fait surement partie des raisons qui ont rendu Patrick populaire et sympathique. De plus, la Confession est un document unique en son genre car c'est la seule œuvre autobiographique que l'on possède en Angleterre et en Irlande pour cette période aussi appelée l'Age Sombre. Les informations que Patrick donne dans ses écrits sont donc extrêmement précieuses.

Si le Christianisme eut beaucoup de succès en Irlande, c'est surement grâce à la capacité que Patrick a eut à remplacer les vieilles coutumes païennes en douceur. Les exemples les plus flagrants sont ceux des fêtes païennes. En effet, Samhain (Halloween) fut fusionnée avec la Toussaint, et Imbolc qui est maintenant la St Brigitte (pour en savoir plus vous pouvez lire mon article en cliquant ici).

La conversion de l'Irlande au Christianisme ne fut totale que deux cents ans après la mort de Patrick même si les mots et le folklore païen était encore dans l'esprit des gens. Patrick fut d'abord proclamé saint localement puis ensuite de manière plus officielle par le Vatican. Ses restes reposeraient à la Down Cathedral.

1 commentaire:

  1. Intéressant !
    Pour Saint Honorat et les serpents, c'est une métaphore. L'homme, parce qu'il est Saint, fait fuir les bêtes impures comme les serpents. Sa présence en un lieu à des effets positifs sur le lieu. Cette métaphore permet de valoriser la Sainteté du personnage

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...